Expériences

Expérience

Essais du casque EEG EPOC+

Le contexte

Après de nombreux travaux et développements de jeux sérieux pour le GIS ICONIC (Groupement d’Intérêt Scientifique du CHU et l’école Centrale Nantes), avec du matériel à très haute sensibilité, qui permettent de faire avancer la recherche médicale, nous voulions réaliser chez onepoint d’autres expérimentations/innovations avec du matériel “grand public”.

Le projet Neuro Game Experience

Piloter “sans les mains”…

L’objectif est aujourd’hui d’imaginer et expérimenter les très nombreux autres cas d’utilisations de ces Interfaces Utilisateurs “Naturelles” (NUI) que sont le “pilotage par la pensée”, ou presque, ou tout simplement l’utilisation d’un accéléromètre positionné sur la tête ! Autrement dit, l’objectif est de piloter “sans les mains” avec une autre solution que les interfaces naturelles déjà bien connues : la voix, les gestes des bras (comme avec la Wii), les gestes du corps (comme avec la Kinect), la reconnaissance d’image et/ou des émotions (comme avec les Azure cognitives services).

Nous voici à présent équipés, depuis quelques semaines, du casque EPOC+ proposé par la société EMOTIV.

Aparté : un drôle de modèle économique

EMOTIV vend du matériel, du logiciel et une licence d’exploitation. Les logiciels proposés permettent d’exploiter les modèles des Machine Learning d’EMOTIV pour interpréter plus rapidement des “intentions” dans les pensées ou bien dans les mouvements du visage de l’utilisateur. On aurait pû croire qu’ils feraient payer pour utiliser ces modèles (bien pratiques et qui ont dû demander beaucoup d’investissement par EMOTIV), mais qu’ils ne feraient pas payer pour obtenir les signaux “bruts” du casque…

Et bien, c’est exactement l’inverse.

Dans l’offre d’EMOTIV actuelle, on ne paye pas les modèles d’interprétation des signaux, mais on doit payer une licence mensuelle pour avoir le droit d’accéder aux signaux “bruts” du casque !

Coût de la licence “Pro” pour accéder aux signaux “bruts” du casque.

On ne voit pas bien, à ce stade, comment on pourrait exploiter ce casque de manière industrielle dans ce cas… C’est un sujet à creuser… il faudrait certainement négocier avec le fabriquant.

Des belles promesses

Sur le papier, le casque présente de belles promesses :

Ce qu’on retiendra des premiers tests, c’est que :

L’interprétation des “intentions” (le véritable pilotage par la pensée) avec le casque EPOC ? Ca fonctionne ! On est loin de la qualité du système du CHU de Nantes, et l’effet “boite noire” du système EMOTIV Pro est frustrant, mais on peut déjà envisager quelques scénarios crédibles de pilotage à moyen terme.

Il faut mettre une (très) grosse dose de solution saline (le même liquide que pour des lentilles ophtalmiques) avant d’espérer avoir un bon contact sur tous les capteurs. C’est néanmoins plus facile et sympathique que l’utilisation d’un gel d’échographie pour les casques EEG pro (beurk).

L’ajout d’un accéléromètre et l’interprétation des “mimiques” du visages (sourire, clin d’œil, etc.) viennent enrichir les capacités du casque pour des cas d’usages “mains libres” au delà de la détection de la pensée !

C’est juste dommage de ne pas avoir accès aux données brutes sans devoir payer une licence supplémentaire.

Bref, on continue nos expérimentations… à suivre.

Nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Solve : *
17 × 7 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.